Appel gratuit 0 800 803 142

  • fr
  • en

Le précédent de l’alarme sociale à la RATP (Le monde du 29 Octobre 2004)

Gaëlle Macke, suite au protocole d’accord sur la veille sociale signée à la SNCF, revient sur le précédent de « l’ alarme sociale » à la RATP.Depuis les années 1990, les parties à un conflit sont obligées de se réunir avant l’ouverture d’un conflit et d’essayer de trouver des solutions en amont.

Tout syndicat peut ainsi envoyer un courrier à la direction, expliquant le motif susceptible de devenir conflictuel ; la direction est tenue de recevoir les syndicats dans les cinq jours. Suite à cette réunion, un constat écrit d’accord ou de désaccord est publié : en cas de désaccord, les syndicats peuvent déposer un préavis de grève cinq jours à l’avance.

Ainsi l’alarme social allonge de onze jours le délai avant une grève, que les parties doivent mettre à profit pour arrêter le début d’une grève. G. Macke explique que cette procédure a fait ses preuves (le nombre de préavis ayant été divisé par trois) mais que cet apaisement des relations à la RATP est surtout due à un plus grand esprit de concertation au sein de l’entreprise.

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir des témoignages sur nos métiers, les tendances en matière de temps partagé  et d’autres exclusivités

close-link