Appel gratuit 0 800 803 142

  • fr

Refusés aujourd’hui, mais recrutés demain grâce au vivier (jobautonomie.com)

« L’objectif d’un vivier de candidats est d’être le plus réactif possible lors d’un recrutement, explique Brigitte Aubine, DRH à temps partagé auprès de PME et consultante en ressources humaines au sein du groupe Finaxim. Recruter quelqu’un peut être long, en temps de recherche comme en temps d’accueil (entre 3 à 6 mois en moyenne). » Un vivier de candidats permet donc d’anticiper le recrutement et de faire appel rapidement et directement aux bonnes personnes : « on optimise ainsi le recrutement lors duquel tout le monde est coresponsable : employeur, recruté, cabinet de recrutement le cas échéant. Un recrutement raté est un échec pour tout le monde et pas seulement du point de vue technique et économique mais aussi humain », prévient Marie-Camille Liger-Belair, directrice du cabinet de recrutement Electeam au sein du groupe Finaxim.

Par ailleurs, un CV qui ne correspond pas à votre demande au moment présent le pourra dans le futur. Idem si le profil ne correspond pas exactement au poste que vous cherchez à pourvoir : il peut s’avérer idéal pour un autre poste. « Il est important d’être large et de ne pas enfermer les candidatures dans des profils figés, souligne Mme Liger-Belair. Il faut rester ouvert car il y a toujours des évolutions, du côté de la demande de l’entreprise comme du côté des profils des candidats. »

Comment le construire et l’optimiser ?

Un vivier de candidats, pour être pleinement utile, doit vivre et « cela prend beaucoup de temps, avertit Brigitte Aubine. On a parfois du mal à le mettre à jour. » « Il est important d’avoir une vraie application dédiée avec un front office adapté, plutôt qu’un simple tableau, difficile à mettre à jour, conseille Marie-Camille Liger-Belair. Il y a par ailleurs de nombreux moyens d’y rechercher le bon profil : par mot-clé, par poste, par mission etc. L’important est que cela soit lisible et organisé. Il faut également préciser sur les candidatures que l’on garde qu’elles n’ont pas été retenues dans un premier temps, indiquer celles avec qui l’on a eu un entretien téléphonique, celles rencontrées, les parcours, les souhaits d’évolution etc. »

Attention à la réglementation !

Prudence, néanmoins, car la création d’un vivier de candidats est soumise à une réglementation juridique stricte définie par le Code du travail. L’entreprise doit toujours le déclarer auprès de la CNIL. Il est également interdit de collecter certaines informations personnelles (sauf restrictions définies) comme les origines raciales ou ethniques, convictions politiques ou syndicales, religieuses, philosophiques, données de santé ou sexuelles. Par ailleurs, « les candidats doivent être informés que leur candidature est conservée et de la durée de conservation, prévient Mme Liger-Belair. Ils doivent également être prévenus qu’ils ont un droit d’accès, de communication, de rectification, d’actualisation et de suppression de leurs données personnelles à tout moment. Il y a sur ce point une législation très stricte et très claire. »

Source : site jobautonomie.com