leadership-demain

Quand la performance sportive inspire le monde de l’entreprise

Avez-vous regardé le film documentaire « Les Yeux dans les Bleus » qui s’immisce dans les coulisses de la vie de groupe des joueurs de l’équipe de France de football durant la Coupe du monde 1998 en France ?

Si oui, vous avez sûrement été frappé par la célèbre causerie d’Aimé Jacquet à ses joueurs, 2 jours avant le 1er match du Mondial. Un discours franc, direct, sans filtre, dans lequel l’entraîneur des Bleus encense les valeurs du collectif et sait trouver les punchlines pour motiver individuellement chaque joueur. Un speech qui pourrait très bien être celui d’un manager à ses équipes.

Aujourd’hui, les entreprises qui font appel à des coachs ou anciens sportifs de haut niveau sont légion, elles ont compris l’apport précieux de ces profils pour un management gagnant.

Mais alors, en quoi le sport professionnel de haut niveau peut-il inspirer les dirigeants et managers ? Quelles valeurs et comportements du monde sportif sont transférables à celui de l’entreprise ?

 

  1. LES VALEURS DU SPORT DE HAUT NIVEAU S’APPLIQUENT À LA PERFORMANCE PROFESSIONNELLE

Le monde du sport professionnel transmet des valeurs universelles dont une entreprise peut s’inspirer : rigueur, excellence, travail en équipe, résilience, inclusion, persévérance et respect. C’est un catalogue de bonnes intentions me direz-vous ; mais là où le rapprochement entre le monde du sport de haut niveau et celui de l’entreprise prend tout son sens, c’est dans la recherche de la performance. Comme un athlète de haut niveau, un dirigeant, un manager, un cadre, doit remplir des objectifs dans le cadre d’un projet. Concrètement dans ces 2 mondes l’ambition passe par :

  • Etablir un objectif
  • Réaliser une bonne préparation,
  • Définir une stratégie,
  • Forger un état d’esprit,
  • Réaliser des essais, réussir parfois, se tromper souvent
  • Redimensionner l’ambition
  • Et ainsi de suite ..

Selon Jean-Pierre Doly (1), conférencier spécialisé dans le management par le sport, le sportif de haut niveau possède instinctivement la culture du management de projet, car il est habitué à mettre tout en œuvre pour réussir un objectif programmé dans une saison sportive ou sur plusieurs années, comme une préparation de 4 ans pour atteindre un objectif olympique.

Toujours selon Jean-Pierre Dolly, le sport de haut niveau développe les soft skills que recherchent les entreprises chez des candidats qu’elles recrutent, à savoir la facilité que possède un sportif de haut niveau pour s’adapter à des situations diverses, souvent dans l’adversité. Selon les situations, un sportif de haut niveau est autonome pour adapter une stratégie en poursuivant un seul but : la performance/objectif qu’il s’est fixé. N’est-ce pas ce qu’attend (en partie) un dirigeant de ses collaborateurs ?

L’athlète française Muriel Hurtis (2) va plus loin. Dans une interview (3) partagée par le groupe Crédit Agricole, elle explique ses secrets d’athlète qui lui ont permis de réussir à haut niveau et qu’elle applique aujourd’hui dans sa vie professionnelle pour être performante. L’agilité et l’adaptation en font partie.

Elle ajoute 3 éléments : la faculté à gérer ses émotions dans une situation complexe, la définition d’objectifs clairs à atteindre (la méthode SMART ça vous parle ?), et, même lorsque la victoire est obtenue, la recherche incessante d’amélioration pour devenir encore plus performant !

Pour Renaud Gasnier, Senior Vice President Franchise Nord du groupe ACCOR (4), un sportif de haut niveau transmet aux managers le goût du résultat, celui du challenge et de la compétition… En d’autres termes, l’entreprise peut s’inspirer du monde sportif pour transmettre une culture de la compétition et de la gagne ! Selon lui, la formation dans le métier de l’hôtellerie est essentielle, comme l’entraînement l’est pour le sportif de haut niveau.

  1. ENTRAÎNEUR DE HAUT NIVEAU ET MANAGER MÊME COMBAT : FÉDÉRER LES INDIVIDUALITÉS

À bien y regarder, les similitudes entre un coach de haut niveau/manager sportif et un manager en entreprise sont nombreuses. Prenons le cas d’un Directeur commercial. Comme un coach, il a pour mission de recruter, mobiliser, animer ses équipes, les évaluer, former ses collaborateurs et faire passer un message. Ainsi, de l’équipe en place dépendra le résultat.

Une nouvelle difficulté émerge avec le travail hybride qui s’impose comme la nouvelle norme dans les entreprises. Les managers doivent continuer à veiller à la cohésion d’équipe, alors que les protagonistes ne partagent plus le même lieu de travail. Les entreprises travaillent aussi de plus en plus souvent en mode projet, plusieurs personnes de différents services collaborent, parfois avec des intervenants extérieurs. Aussi, pour bien fonctionner, il faut établir un projet qui suppose l’acceptation de règles communes partagées par tous.

Dans ces 2 cas de figure, c’est le travail collectif qui fera réussir les collaborateurs. Et il faut un homme-orchestre capable de fédérer les individualités dans un projet commun ! Jean-Pierre Dolly cite ainsi Michel Hidalgo (5), ancien entraîneur de l’équipe de France de Football : « La qualité numéro 1 d’un entraîneur, c’est d’être entraînant. ».

Tout comme un entraîneur de haut niveau qui fédère des individualités dans un projet collectif, un manager dans une entreprise poursuit le même but. C’est pourquoi l’approche du management collectif dans le sport de haut niveau a des savoir-faire à transmettre au monde de l’entreprise.

Le coach d’une équipe sportive de haut niveau partage le même objectif que le manager dans une entreprise : faire réussir un groupe, réussir un amalgame entre différentes personnalités talentueuses, à condition que chacun se mette au service du collectif. L’esprit d’équipe, la solidarité, la coopération, le respect des règles et des personnes sont le ciment d’une réussite collective dans le sport, comme dans l’entreprise.

Si on gagne ensemble, n’oublions pas que l’on perd aussi ensemble, la force du collectif permet la prise de recul sur les erreurs ou les échecs. Par exemple la défaite lors d’un match ou un objectif non atteint doit faire l’objet d’une analyse pour en tirer des conclusions et devenir une source d’informations nécessaires pour éviter de reproduire les mêmes erreurs. Il faut que dans tout échec il y ait un apprentissage à retenir.

Edgar Grospiron, conférencier sportif, champion du monde et olympique français de ski acrobatique, confirme la citation de Michel Hidalgo sur l’importance du coach. Selon lui, entre plusieurs champions très doués, ce qui fait la différence, c’est le niveau de motivation de chacun. Il explique sa réussite sportive grâce à la motivation et aux encouragements qu’il a reçus de son entourage. Il est convaincu que dans l’entreprise, le manager qui sait comment insuffler à ses équipes une motivation maximale, est celui qui obtiendra de son groupe le plus haut niveau de performance.

À bon entendeur…

La transposition entre le monde du sport de haut niveau et une entreprise qui se donne les moyens de réussir est donc réelle et bénéfique. Les valeurs du sport sont aisément transposables au monde de l’entreprise. D’anciens sportifs ou entraîneurs de très haut niveau interviennent régulièrement durant des séminaires d’entreprises : les dirigeants viennent chercher le surcroît de motivation que ces techniciens de haut niveau sont capables de verbaliser pour tirer un collectif vers le haut. Les managers peuvent s’inspirer, non seulement de la manière dont un grand coach motive ses troupes, mais aussi de la façon dont il adapte son management aux sportifs exceptionnels ; pour l’entreprise, les hauts potentiels.

(1) Jean-Pierre Dolly est ex DRH/DG de Renault et Danone et a conseillé le staff de l’équipe de France de Football.

(2) Muriel Hurtis est une athlète française spécialiste du sprint et détentrice de médailles aux Championnats du monde et aux Jeux Olympiques. Elle est Ambassadrice du Sport Pour Valeur by Crédit Agricole Alpes Provence.

(3) Interview donnée au Groupe Crédit Agricole (janvier 2021).

(4) Le Groupe Accor, via sa marque ibis budget, met en place des activités sportives de proximité pour ses clients.

(5) Citation extraite d’une interview accorée par Jean-Pierre Dolly au blog du site web Gymlib.     https://blog.gymlib.com/fr/

 

Inscrivez-vous

à notre newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Retour haut de page