Appel gratuit : 01 88 32 08 29

  • Français
  • Anglais

Interview – David BIBARD, contrôleur de gestion à temps partagé chez FINAXIM

David BIBARD est contrôleur de gestion à temps partagé et fait partie du réseau Finaxim depuis 6 ans. Nous lui avons demandé de nous faire part de son expérience du réseau, avec le recul qu’il possède maintenant.

 

DAVID, QUELLES ONT ÉTÉ VOS MOTIVATIONS DE DÉPART POUR INTÉGRER LE RÉSEAU FINAXIM ?

David BIBARD : Je suis contrôleur de gestion depuis 20 ans. J’ai lancé mon activité en indépendant en 2010. J’ai acquis assez rapidement des clients. Cependant, je me suis dit qu’il serait bien de sécuriser mon activité, dans des périodes plus difficiles par exemple. En m’informant sur la notion de temps partagé, j’ai découvert Finaxim, un réseau d’entrepreneurs, et j’ai senti rapidement que ce réseau allait être un levier supplémentaire pour compenser des baisses d’activité, ou même développer mon business. Le déclic s’est fait au moment où je n’avais plus aucune visibilité sur mon prochain client.

J’ai donc intégré le réseau Finaxim en 2014 et aujourd’hui il me permet d’acquérir au minimum un nouveau client par an.

 

QU’EST-CE QUI FAIT LA SPÉCIFICITÉ DU RÉSEAU D’AFFAIRES FINAXIM ?

D.B. : Il s’agit d’un réseau d’affaires « bienveillant ». Ce qui signifie qu’il y règne un état d’esprit dans lequel les consultants sont là pour faire des affaires, mais dans un climat de confiance, ce qui est très agréable. Je peux partager mes expériences avec d’autres consultants du réseau, précisément dans cette ambiance positive, ce qui permet des échanges directs, sans arrière-pensées de concurrence… J’ai donc pu bénéficier de conseils, notamment d’Emmanuel de Prémont, le dirigeant du réseau. Cet appui m’a permis de me développer et de lancer une seconde marque dont est partenaire Finaxim. Les clients qui m’arrivent via Finaxim sont bien « valorisés », ce qui m’a permis également d’augmenter mon tarif journalier.

 

COMMENT SE PASSE L’APPROCHE AVEC UN NOUVEAU CLIENT ?

D.B. : Il existe différents cas de figure. Le premier est celui où Finaxim trouve le client et nous sous-traite la mission. Finaxim nous introduit alors auprès de ce client. Des membres du réseau peuvent être apporteurs d’affaires ou bien me faire travailler en sous-traitance. Dans ce 2e cas de figure, 1 rdv sur 2 amène une mission car le consultant du réseau a déjà en général bien cerné les attentes du client. Enfin, des prospects arrivent en direct, à la suite des actions de communication et marketing menées par Finaxim, en particulier grâce au site internet.

 

QU’EST-CE QUE VOUS APPORTE D’AUTRE FINAXIM ?

D.B. : La notoriété. Finaxim est aujourd’hui une marque reconnue dans le domaine du temps partagé. Mais aussi la possibilité de disposer de locaux en plein cœur de Paris dans lesquels je peux recevoir mes clients ou des partenaires. Pour quelqu’un qui travaille en Ile-de-France, c’est un point fort de bénéficier de locaux en plein Paris.

Quand je me rends dans les locaux parisiens, j’ai aussi la possibilité d’échanger avec l’équipe permanente et d’autres consultants présents. On construit alors des liens qui peuvent aboutir à du business. Les rencontres sont importantes : Finaxim organise par exemple des séminaires entre les adhérents du réseau. 

 

JUSTEMENT, CES RÉUNIONS DE TRAVAIL SONT-ELLES DÉDIÉES AUX PRATIQUES DE VOTRE MÉTIER ?

D.B. : Non. Les consultants sont considérés comme des professionnels autonomes. Le fait de travailler en temps partagé permet d’ailleurs d’apprendre et de développer de nouvelles compétences en permanence. Les réunions sont avant tout dédiées aux aspects commerciaux et marketing que nous entretenons avec les clients.

 

COMMENT ÊTES-VOUS VENU AU CONCEPT DE TEMPS PARTAGÉ ?

D.B. : Un peu par hasard. En me renseignant sur la notion de temps partagé, je me suis aperçu qu’elle désignait ce que je faisais déjà au quotidien à partir du moment où j’ai eu plusieurs clients. Cela m’a permis de mettre un mot sur ma façon de travailler et mon souhait de rester indépendant. En ce sens, Finaxim m’a permis de me positionner.

 

QUE DIRIEZ-VOUS À UN CONSUTANT INDÉPENDANT QUI S’INTERROGE SUR L’OPPORTUNITÉ D’INTÉGRER FINAXIM ?

D.B. : Tout d’abord, que ce soit Finaxim ou un autre réseau, je lui conseillerais de ne pas rester seul dans son activité. Car, à un moment donné, une fois que vous avez fait le tour de votre réseau naturel, la source se tarit. Finaxim est donc un apporteur d’affaires et qui en plus organise des événements réguliers. Cela suppose une organisation que j’aurais du mal à mener de front, seul, avec mon activité chez les clients. Quand on est indépendant, il faut du temps pour créer un réseau et nouer des relations, et cela prend beaucoup d’énergie. Finaxim permet de le faire !

De plus, Finaxim ne m’empêche pas de développer ma propre activité en dehors du réseau, ce que j’ai pu faire en créant une seconde activité. Encore une fois, ce que j’apprécie beaucoup, c’est le cadre bienveillant dans lequel je peux échanger avec d’autres professionnels, sans être systématiquement dans un rapport de force. Je lui dirais aussi que comme pour tout réseau, il faut être proactif pour rencontrer les consultants indépendants. Je trouve ainsi que les différents événements de rencontre organisés par Finaxim se font à un bon rythme…

 

D’AUTRES CHOSES ?

D.B. : Oui, j’ai trouvé auprès d’Emmanuel de Prémont une écoute bienveillante et un partenaire de confiance. C’est un ancien DRH qui cerne vite et bien les personnalités. D’ailleurs, nous avons développé tous les 2 une activité entrepreneuriale en dehors du réseau…

Globalement, Finaxim vous met en relation avec des PME, de grands groupes aussi, mais plus rarement. Il faut donc aimer l’univers des PME, ce qui suppose d’être opérationnel sur le terrain.

Aujourd’hui, je me sens pleinement épanoui dans ce réseau, à tel point que j’ai oublié la date anniversaire de reconduction de mon engagement dans le réseau 😊.

 

Vous êtes un indépendant et souhaitez en savoir plus sur les avantages d’intégrer le réseau Finaxim ? Appelez-nous au : 01. 88 32 08 29 ou Contactez-nous

Publié le sur Blog - Gestion financière - PME