Appel gratuit : 01 88 32 08 29

  • fr
  • en

Les nouveaux talents : ce qu’ils attendent de leur emploi

recrutement-nouveaux-talents

 

Comment attirer de nouveaux talents dans son entreprise ? Depuis la troisième année consécutive, une large consultation est réalisée auprès des élèves de grandes écoles. Ainsi, des tendances générales peuvent être dégagées sur ce qui est vraiment important pour séduire ces nouveaux talents de demain. On constate de plus en plus que l’engagement social et environnemental tient un rôle majeur dans leurs préoccupations pour leur futur emploi. Les valeurs défendues par l’entreprise sont centrales dans leur choix. Voyons ici quelles sont attentes et les préoccupations des talents de demain.

Quelles sont les attentes des talents à l’égard de leur vie professionnelle ?

Il est évident que les tendances et les préoccupations actuelles d’un point de vue professionnel, évoluent. De cette façon, pour recruter des nouveaux talents dans votre entreprise, vous devrez avoir certains critères, qui leurs sont essentiels. En effet ils apportent beaucoup d’importance à :

  • Une recherche de sens et d’utilité dans leur vie professionnelle ;
  • Un intérêt certain pour les secteurs de l’environnement et de l’énergie ;
  • Un métier qui a du sens.

Le dernier point est évalué en fonction de trois critères : : l’intérêt du poste en première position, le bien-être au travail en seconde position, et les valeurs portées par l’entreprise. 

Concrètement, leurs attentes sont dans l’ordre croissant :

  • L’intérêt du poste. Les nouveaux talents manifestent le besoin d’avoir besoin d’un poste stimulant ;
  • Le bien-être et l’ambiance au travail ;
  • Les valeurs de l’entreprise doivent être celles qu’ils partagent ;
  • L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est très important ;
  • La sensation de fierté que le poste qu’ils occupent leur procure ;
  • Une perspective d’évolution de poste ;
  • L’utilité du travail. La mission doit avoir un impact sur la vie d’autrui, ou pour la société ;
  • L’autonomie et la responsabilité dans leurs missions.

Dans un deuxième temps seulement, on retrouve des préoccupations et des exigences chez les nouveaux talents plus pragmatiques :

  • La rémunération ;
  • Les horaires et le temps de travail ;
  • La localisation géographique du poste ;
  • Le temps de trajet ;
  • La charge de travail ;
  • La renommée de l’entreprise ;
  • La créativité de l’entreprise.

Les nouveaux talents de demain ont toujours une forte appétence pour les grands groupes. On peut constater que l’intérêt se porte aussi sur les petites entreprises, créer sa propre entreprise, travailler pour une startup ou s’investir dans une association ou ONG. Il est évident que l’accomplissement personnel ou celui des équipes jouent un grand rôle dans ce qu’attend un nouveau talent dans sa vie professionnelle. De plus, l’utilité sociale du travail est à présent un prérequis absolu.

Quels engagements défendent les nouveaux talents dans leur vie professionnelle ?

Les nouveaux talents comme on peut le voir, ont une volonté forte d’engagement personnel dans l’entreprise. Sous condition que l’entreprise elle-même soit engagée dans des causes justes. Ils donnent beaucoup de sens à leur future vie professionnelle. Pour cela, ils sont prêts à s’engager dans des actions sociales et environnementales menées au sein de l’entreprise. Ils sont donc tout à fait prêts à refuser un poste, même alléchant si l’entreprise ne porte pas des valeurs d’engagement fortes.

Pour les nouveaux talents, l’engagement social et environnemental fait partie intégrante de la sphère professionnelle. Il ne doit donc pas y avoir de différenciation ou de clivage. Cela fait autant partie de la sphère personnelle que professionnelle à leur sens.

Leur investissement passe par une volonté de faire bouger les choses de l’intérieur pour être en adéquation avec ces deux notions si importantes à leurs yeux. Cette étude nous montre donc qu’il y a un fort attrait pour l’économie sociale et solidaire. L’ESS regroupe des structures collectives qui cherchent à concilier solidarité, utilité sociale, et performances économiques. Plus de 7 profils sur 10 manifestent un intérêt et une volonté de s’engager auprès d’une telle structure. Même si la rémunération de ce secteur est souvent un frein à leur enthousiasme, ils sont prêts à la majorité à voir leur prétention salariale à la baisse.

Pour séduire ces profils, la responsabilité sociale des entreprises (RSE) est primordiale. De manière globale les entreprises sont plus engagées qu’il y a 10 ans en arrière en matière sociale et environnementale. Mais c’est loin d’être suffisant pour les nouveaux talents. Les sociétés ont le pouvoir et la légitimité d’agir sur :

  • La protection de l’environnement ;
  • L’insertion des personnes handicapées ;
  • La parité hommes/femmes ;
  • L’égalité des chances ;
  • La sécurité de la vie privée et des données personnelles ;
  • L’insertion des personnes en situation d’exclusion ou de précarité ;
  • L’insertion des jeunes venant de milieux défavorisés ;
  • L’inclusion des périphéries ;
  • Les droits LGBT.

Sur l’ensemble de ces sujets, les nouveaux talents jugent comme insuffisants les efforts et les actions menés par les entreprises. L’engagement RSE est donc un critère important. Mais ce dernier point n’est pas essentiel dans la prise de poste d’un nouveau talent pour la majorité.

PS : étude réalisée par Ipsos, BCG, CGE sur 187 écoles et 6195 profils sur 1 mois d’enquête en 2019

Source : https://www.bcg.com/Images/Etude-BCG-CGE-IPSOS_tcm96-237878

Publié le sur Blog

Progression depuis 5 ans

+ 20 %

Une souplesse
d’intervention qui convient
particulièrement
aux jeunes sociétés
à fort potentiel
de croissance

Les articles
les plus populaires
sur Finaxim