Face à la crise le DAF concentre ses efforts dans les projets digitaux

Beaucoup d’études soulignent le rôle stratégique joué par la fonction finance au sein des organisations en 2020. Face à la baisse de chiffre d’affaires, le Directeur Administratif & Financier (DAF) a pris une nouvelle dimension au sein de l’entreprise en jouant un rôle stratégique dans le pilotage des indicateurs financiers clés. Pour guider avec agilité la fonction financière, le DAF s’appuie sur des outils numériques de plus en plus pointus. Son poste a ainsi considérablement évolué, le plaçant désormais au centre de la transformation numérique de l’entreprise.

  1. Un rôle stratégique face à la crise

En pleine crise, le DAF s’est retrouvé en 1ère ligne pour permettre à l’entreprise de gérer au mieux sa trésorerie, le cash, l’accès au capital ou encore la masse salariale. Dans une période incertaine, DAF et dirigeant ont dû remettre en question plans de croissance et objectifs pour s’adapter aux nouveaux défis engendrés par la crise sanitaire. La gestion des risques est ainsi devenue prépondérante.

Dans une étude (1) conduite en ligne auprès de plus de 1.000 responsables financiers d’entreprises privées et publiques de toutes tailles, en juillet et août 2020, les DAF interrogés ont indiqué comme 1ère priorité la réponse aux enjeux numériques. Une donnée qui illustre bien les bouleversements que connaît la fonction financière ces dernières années. L’année 2020 n’a fait qu’amplifier une tendance de fonds : les DAF pour maintenir l’équilibre financier et maîtriser les risques, déploient la digitalisation des processus financiers. Placé au cœur du business de l’entreprise, le DAF est devenu l’acteur privilégié de la transformation numérique de l’entreprise. Avec quels outils ?

  1. L’ERP Cloud, un atout de taille en période de crise

Parmi les outils déployés, le DAF s’appuie sur un ERP de plus en plus performant. La solution d’un ERP Cloud s’impose de plus en plus. Selon Karine Picard, DG d’Oracle France (2) : « En pleine tempête, les ERP Cloud ont justement permis de piloter la fonction financière avec agilité », et précise : « (…) le modèle de l’ERP nouvelle génération, c’est-à-dire « natif dans le cloud « , permet d’automatiser et d’accélérer les processus de gestion du cash et de la trésorerie, en capitalisant sur l’intelligence (IA) intégrée à ces solutions (…) ».

Toujours selon Karine Piccard, parce que la maîtrise des risques financiers est devenue capitale, et que les choix d’allocation des ressources sont devenus hyper-stratégiques, le DAF doit plus que jamais travailler à la stratégie avec les autres services de l’entreprise, comme le marketing, les RH, la supply chain, la logistique… Toutes les fonctions de l’entreprise doivent être connectées à l’ERP Cloud. Des technologies émergentes viennent fluidifier la circulation de l’information et enrichir l’aide à la décision : ce sont l’Intelligence Artificielle, l’internet des objets, la blockchain et les assistants numériques.

  1. Une priorité : le pilotage de la performance

Outre l’intégration d’un ERP performant, les DAF doivent aussi relever le défi du pilotage de la performance. Par conséquent, les solutions EPM (Entreprise Performance Management) sont devenues incontournables. Elles permettent au DAF d’avoir à sa disposition un ensemble de bases de données et de reportings structurés autour des éléments clés de l’entreprise (Résultats financiers, Investissements, Trésorerie, Budget, Plan, Simulations…). Pour de nombreux experts, une solution EPM couplée à un ERP Cloud est la meilleure alliance technologique pour suivre et prendre des décisions stratégiques.

Selon Marc Champeaux, Senior Manager Finance Strategy & Performance chez KPMG (3), la crise montre que le DAF doit piloter la performance de l’entreprise en anticipant différents scénarios : « Il faut repenser le prévisionnel et repenser le cycle de gestion. Les projections linéaires n’ont plus lieu d’être, il faut des scénarios de stress test. La finance doit contribuer à mettre en lumière à la fois les faiblesses et les opportunités. »

D’autres ingrédients interviennent pour fluidifier la Business Intelligence (BI) de l’entreprise. À l’image des technologies développées dans le télétravail, les collaborateurs d’une entreprise attendent désormais d’un outil EPM qu’il soit sécurisé, accessible à différentes fonctions de l’entreprise, atteignable à distance et capable d’intégrer des mises à jour régulières pour anticiper différents scénarios. En résumé, un outil EPM/BI approprié doit être automatisé, évolutif et simple d’utilisation. Pour le DAF, c’est l’assurance de pouvoir se concentrer sur des activités à forte valeur ajoutée…

Vous êtes dirigeant de PME ou Responsable Financier et souhaitez être accompagné pour mettre en œuvre la transformation numérique de vos outils financiers ?

N’attendez pas et contactez-nous, le Réseau Finaxim met à votre disposition un expert externalisé dans votre entreprise.

(1) L’Étude Protiviti Global Finance Trends Survey a été menée en ligne auprès plus de 1 000 responsables financiers d’entreprises publiques et privées de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, à travers le monde, en juillet et août 2020.

(2) Entretien avec Karine Picard sur https://www.daf-mag.fr/

(3) Source : Enjeux des DAF en 2021 : priorités, impacts du COVID et cas d’usage sur https://datavalue-consulting.com/

 

Partage cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Retour haut de page

Inscrivez-vous
à notre newsletter