Appel gratuit : 01 88 32 08 29

  • fr

La maîtrise de l’anglais souvent déterminante à l’embauche

Selon une enquête menée en janvier 2005 par ETS Europe France, les grands groupes en France s’accordent à dire que l’anglais prend une place déterminante dans l’embauche du personnel car les besoins des entreprises sont croissants.Certains postes qui auparavant ne demandaient pas une maîtrise de l’anglais, l’exigent à présent. A titre d’exemple : 1 recruteur sur 2 publie plus de 50% de ses offres d’emplois cadres en exigeant la maîtrise de l’anglais. Malgré une amélioration de l’anglais chez les jeunes diplômés et les cadres, les responsables des ressources humaines et du recrutement estiment que le niveau d’anglais est globalement insuffisant.

L’anglais : une langue officielle au sein des entreprises

Parmi les 26 entreprises interrogées, 16 (60%) ont cité spontanément l’anglais comme une langue officielle dans l’entreprise, 9 la désignent même comme seule langue officielle. Les 7 autres mentionnant l’anglais et le français. Pour les entreprises où le français demeure la langue officielle, la moitié déclare que la quasi-totalité de leurs cadres utilisent l’anglais comme langue de travail.

La maîtrise de l’anglais par les cadres s’améliore mais reste insuffisante

Même si les DRH constatent de gros progrès en terme de niveau d’anglais, la population cadre reste une population un peu particulière. Des différences importantes persistent entre les entreprises et entre les générations. Même si certains cadres (comme ceux qui sont diplômés de Grandes Ecoles) « ne se débrouillent pas trop mal », le niveau d’anglais demeure globalement insuffisant, surtout à l’oral où cela peut poser de vrais problèmes lors des ‘conference calls’, qui se déroulent essentiellement en anglais.

D’ailleurs, selon les entreprises, la maîtrise de l’anglais est un facteur facilitant la mobilité interne dans les grands groupes internationaux. Un des DRH interrogé a même expliqué que ne pas parler anglais aujourd’hui pouvait être comparé « à ne pas savoir lire ou écrire il y a 50 ans », montrant ainsi l’importance croissante de cette langue. De plus, dans un contexte d’internationalisation, l’anglais participe au rapprochement des sociétés ainsi qu’à la globalisation des échanges.

Les jeunes diplômés et les attentes des DRH (selon l’enquête d’ETS Europe – France)

La maîtrise de l’anglais est également devenue un critère d’embauche de plus en plus important pour les jeunes diplômés. Selon un responsable des études et projets ressources humaines : « La langue anglaise est fondamentale. Si je dois donner un conseil à qui que ce soit n’ayant pas fini ses études et qui a la possibilité d’acquérir l’anglais, c’est le conseil que je donnerais ».

Le niveau d’anglais évalué par le TOEIC (test d’aptitude en langue anglaise conçu par ETS aux Etats-Unis à la demande du Ministère de l’Industrie et du Commerce Extérieur Japonais en 1979) augmente sensiblement dans l’enseignement supérieur depuis plusieurs années, une progression sans doute liée aux exigences des entreprises, mais aussi aux initiatives menées depuis 1997. Par exemple, la Commission des Titres d’Ingénieurs a recommandé un score TOEIC de 750 points à tous les étudiants en vue de l’obtention du diplôme. Pourtant, questionné sur le score minimum, 40% des entreprises ont estimé qu’il faut augmenter ce score minimum qui correspond à un niveau opérationnel de base .

Publié le 1 juin 2005 sur Temps partagé et transition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, et vous proposer des produits et services adaptés à vos centres d’intérêt.
Accepter

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir des témoignages sur nos métiers, les tendances en matière de temps partagé  et d’autres exclusivités
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
close-link