Appel gratuit 01 88 32 08 29

  • fr

Le stress au travail

Le Docteur Patrick Légeron, psychiatre et Directeur de Stimulus, cabinet de conseil contre le stress professionnel, dans une doctrine publiée dans la revue Droit social de décembre 2004, analyse le phénomène du stress au travail…Selon l’auteur le stress entraîne une augmentation de l’absentéisme dû à la maladie, un renouvellement prématuré du personnel, des départs à la retraite anticipés, des baisses de production et de qualité ainsi que des litiges entre les salariés et leurs employeurs.

Il s’agit d’un phénomène très important et l’INRS estime que le coût de ses conséquences pour les entreprises et la société se situe entre 0,8 et 1,6 milliard d’euros par an. Tous les acteurs de l’entreprise sont concernés, des salariés aux dirigeants en passant par les cadres.

M. Légeron étudie tout d’abord l’impact du stress sur les individus. Il rappelle que la réaction de stress n’est pas pathologique en soi, elle représente au contraire un formidable processus d’adaptation de l’individu à son environnement quand celui-ci devient plus difficile.

Toutefois, un excès de stress ou à l’inverse l’absence total de stress s’avèrent néfastes. Si la réaction de stress devient très élevée, des pathologies physiques, psychologiques ou somatiques peuvent se développer.

L’auteur expose alors les principales sources du stress au travail. Les causes du stress au travail sont multiples et varient en fonction du type de secteur d’activités mais aussi des fonctions de l’individu dans l’entreprise. On peut identifier quatre facteurs de stress au travail : ceux liés à la tâche à accomplir, au contexte de l’entreprise, à l’individu et aux relations interpersonnelles.

M. Légeron présente ensuite quelques moyens de lutte contre le stress au travail. L’analyse du stress est la première étape indispensable pour comprendre la phénomène et sa réalité. Deux types d’actions doivent alors être combinées :

-* les actions organisationnelles qui visent à réduire les sources inutiles de stress, à reconsidérer l’organisation du travail mais aussi la définition des tâches des salariés,
-* les actions individuelles qui peuvent prendre la forme de programme d’apprentissage à la gestion du stress.

Publié le 31 janvier 2005 sur Temps partagé et transition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, et vous proposer des produits et services adaptés à vos centres d’intérêt.
Accepter

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir des témoignages sur nos métiers, les tendances en matière de temps partagé  et d’autres exclusivités
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
close-link