Appel gratuit : 01 88 32 08 29

  • fr
  • en

Témoignages : le temps partagé vu par ceux qui le vivent au quotidien

Finaxim - Temps partagé

Les avantages du temps partagé, ce sont encore ceux qui le vivent au quotidien qui en parlent le mieux. Pour cette raison, nous laissons la parole aux experts de notre groupe et à leurs clients.

 

Le temps partagé : une expertise sur le long terme

Pourquoi fait-on appel à un expert en temps partagé ? « Pour dénicher ce qu’on ne parvient plus à trouver en interne, une expertise pointue et un accompagnement sur le long terme, sans avoir à embaucher », explique Arnaud Lejeune, directeur général de Odyssey Messaging. Car, contrairement à une idée reçue, l’intervention d’une personne extérieure n’empêche pas de tisser des relations de longue durée. Brigitte Aubine, DRH à temps partagé au sein du groupe Finaxim, accompagne ainsi Globalis Media Systems et son directeur associé, Frédéric Hovart, depuis 9 ans, à raison d’une journée par mois. Une relation professionnelle devenue « amicale et durable ».

 

Un regard neuf sur l’entreprise

Cette présence a un autre avantage : elle permet de porter un regard neuf et objectif sur le fonctionnement de l’entreprise. « Au-delà de mon expertise RH, j’apporte un regard différent sur l’organisation », affirme Brigitte Aubine. Même son de cloche pour Arnaud Lejeune : « Avant, nous multiplions les process inutiles qui généraient du travail superflu. Eric [Defline, DAF à temps partagé au sein du groupe Finaxim] nous a aidé à travailler différemment. » Pour Didier Crozel, directeur général de Cimel Électronique, son contrôleur de gestion en temps partagé, David Bibard, apporte aussi « son expérience et ses contacts », ce qui lui permet d’être « force de proposition » et d’endosser « un rôle de conseil ».

 

Un véritable partenariat

Le recours au temps partagé s’apparente moins à une prestation qu’à un véritable partenariat. « Avec le temps, le prestataire en TP devient un partenaire de l’entreprise à part entière », souligne Sophie Guillaume, general manager chez Pharmalex. Et d’ajouter : « Christian [Katchourine, coach et DRH à temps partagé] joue son rôle à merveille : il n’hésite jamais à me pousser dans mes retranchements et à proposer des idées nouvelles. Ça ne me plaît pas toujours, mais c’est diablement efficace ! » De fait, l’expert à temps partagé devient un membre de l’entreprise. Pour Corinne Loigerot (directrice générale de Bollig & Kemper France), son DRH à TP François Tamorini est « vu par les collaborateurs comme un DRH à part entière, pas comme un temps partagé ». Quant à David Bibard, contrôleur de gestion à TP, il est considéré par Didier Crozel comme « un employé à temps plein ». On aurait envie d’ajouter : « comme les autres ». Bien sûr, un tel partenariat reste « une affaire de confiance », comme le rappelle Sophie Guillaume.

 

Une relation de confiance

Cette notion de confiance est régulièrement convoquée. Pour résumer 6 années de travail en commun avec son DRH à temps partagé, Corinne Loigerot évoque d’abord la « confiance », avant de parler « efficacité et professionnalisme ». Les trois sont certes liés. Il est intéressant de remarquer que cette notion est également valorisée par les experts eux-mêmes. Ainsi, Laurence Cortinovis estime avoir apporté à sa cliente Soraya Bensalem (directrice générale des services à la mairie d’Izernore), au-delà des outils RH, surtout « de la confiance en elle ». En contrepartie, elle a acquis « une bonne connaissance de la fonction publique en mairie ». Parce que le temps partagé, c’est aussi ça : un échange de bons procédés et d’expérience, basé sur une confiance mutuelle. Une approche gagnant-gagnant, en somme.

 

Autre billet sur le même sujet :

Les avantages du travail en temps partagé vus par 3 dirigeants d’ESN

Publié le 15 juillet 2019 sur Blog - PME - Temps partagé et transition