Appel gratuit : 01 88 32 08 29

  • fr

Le précédent de l’alarme sociale à la RATP (Le monde du 29 Octobre 2004)

Gaëlle Macke, suite au protocole d’accord sur la veille sociale signée à la SNCF, revient sur le précédent de « l’ alarme sociale » à la RATP.Depuis les années 1990, les parties à un conflit sont obligées de se réunir avant l’ouverture d’un conflit et d’essayer de trouver des solutions en amont.

Tout syndicat peut ainsi envoyer un courrier à la direction, expliquant le motif susceptible de devenir conflictuel ; la direction est tenue de recevoir les syndicats dans les cinq jours. Suite à cette réunion, un constat écrit d’accord ou de désaccord est publié : en cas de désaccord, les syndicats peuvent déposer un préavis de grève cinq jours à l’avance.

Ainsi l’alarme social allonge de onze jours le délai avant une grève, que les parties doivent mettre à profit pour arrêter le début d’une grève. G. Macke explique que cette procédure a fait ses preuves (le nombre de préavis ayant été divisé par trois) mais que cet apaisement des relations à la RATP est surtout due à un plus grand esprit de concertation au sein de l’entreprise.

Publié le 10 novembre 2004 sur Temps partagé et transition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, et vous proposer des produits et services adaptés à vos centres d’intérêt.
Accepter

Inscrivez-vous à notre newsletter

pour recevoir des témoignages sur nos métiers, les tendances en matière de temps partagé  et d’autres exclusivités
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
close-link